Home Body #2

Exposition collective, à La Villa de La Région, Saint-Denis Réunion. Par le FRAC RÉUNION

Commissariat par Béatrice Binoche & Anna Vrinat

Avec les œuvres de Farah Al Qasimi, Rina Banerjee, Denis Darzacq, Samuel Fosso,  Gwladys Gambie, Brandon Gercara, Alberto Giacometti, Sunil Gupta, Stéphanie Hoareau, Alice Mann, Anie Matois, Sanjeeyan Paléatchy, Shine Shivan, Raoul Ubac, Wilhiam Zitte

10/09/22 - 04/12/22

 
visuel homebody.jpeg
 

Réunir des œuvres de la Collection du FRAC RÉUNION autour du thème du corps — corps-maison, corps-foyer, corps-refuge, corps-racine, corps-paysage, corps-pensé… — s’inscrit dans une volonté soutenue de toujours amplifier une démarche d’ouverture au monde et à l’autre, de s’enrichir des différences et de témoigner d’un patrimoine artistique, sociétal et culturel universel à défendre.

La version augmentée de home body présentée aujourd’hui à la Villa de La Région permet d’associer à ce corpus d’œuvres issues de la collection du FRAC RÉUNION deux jeunes artistes réunionnais·es. Cet ajout témoigne sans conteste d’une quête constante et intergénérationnelle de l’affirmation de soi au travers d’expérimentations esthétiques et techniques. 

  

nul ne devrait se soucier / de ce que nous faisons de notre corps / et encore moins ceux qui ne se sont / jamais mis une seule fois à notre place *[1]

Les artistes présent.es dans cette exposition interrogent la place du corps — celle que chacun de nous lui accorde dans son intimité, en famille, dans le groupe, dans l’espace — comme celle que la société accepte de lui concéder. Ici, le corps est espace refuge. Là, il dessine la cartographie d’une vie, d’un héritage, d’une ou de plusieurs identités. Ici, les corps sont rejetés par l’Autre parce que féminins, racisés, immigrés, fragilisés… Ailleurs, ils s’affirment, visibles, connectés à l’esprit, libres.

i dive into the well of my body / and end up in another world / everything i need /already exists in me / there’s no need / to look anywhere else[2]


Les artistes attestent de la nécessité d’être en harmonie avec son corps, en paix, et de n’aller chercher nulle part ailleurs qu’en soi les forces fondamentales de l’existence. 

La quête d’un « soi » — par l’affirmation, la prise de liberté et la réalisation — est sans égale depuis le début du 21e siècle dans une société qui tente de s’affranchir des idées reçues, des blâmes, des oppressions et des rejets. La recherche d’une connexion entre ce que nous pensons, ce que nous sommes et ce que notre corps affiche, ce que notre corps ressent et ce que nous vivons, se traduit dans cette exposition par des œuvres puissantes qui allèguent de ce désir d’affirmer une présence, de consolider un chemin, de témoigner d’une liberté. 


Béatrice Binoche & Anna Vrinat

_______

[1] Extrait de home body, rupi kaur, 2020. Éditions NiL, Paris, 2021. Traduit de l’anglais (Canada) par Sabine Rolland.

[2] je plonge dans le puits de mon corps/ pour me retrouver dans un autre monde / tout ce dont j'ai besoin / existe déjà en moi / nul besoin / de regarder ailleurs.  Ibid.

 
Home body expo.jpeg
 

« Brandon Gercara est une personne non binaire, zoréole (une maman zorey [métropolitaine] et un papa créole). Ielle vit et travaille à La Réunion où ielle active une réflexion artistique militante portée envers les luttes féministes, décoloniales et LGBTQIA+. [Ielle] injecte sa réflexion plastique au cœur de la société pour en déconstruire la binarité sclérosante, les modèles dominants, les oppressions et assignations. Il s’agit alors de porter une stratégie collective de la joie pour transformer ces violences en une force aussi émancipatrice que vitale. » Ielle s’inscrit dans des pratiques hybrides construites autour de la performance pour incarner cette démarche, souvent à travers la pratique et la posture du drag, cette appropriation d'une gestuelle, d'une apparence, d’une parole. Ielle construit également, avec Requeer, un mouvement social : une « plateforme de pensées collectives, une association militante et artistique, qui s'inscrit au cœur de la société réunionnaise. Requeer (RE pour La Réunion) propose des actions construites à partir d’une pensée queer située et collective : des performances, des marches, des ateliers en milieu scolaire, des tables rondes, de la danse, de la musique, des conférences, des expositions ou encore l’ouverture d’un espace de ressources LGBTQIA+.» (Citations de Julie Crenn, Salon de Montrouge 2022.)

Brandon Gercara est un·e artiste et militant·e activiste au sein du mouvement Kwir sur l’île de La Réunion. La série Conversations permet un archivage de la parole d’individus issus des différentes minorités sexuelles. Ce projet inclusif propose de mettre face à face un texte qui reprend un témoignage et la photographie de ladite personne sous des artifices drag. Ces attributs nouveaux permettent à la fois l’anonymisation du modèle mais également une émancipation certaine. Faire sur-exister ce que tant ont tenté d’invisibiliser. Revanche et protection, le déguisement demeure l’instrument de ceux qui se jouent de l’œil du regardant pour mieux exister.