top of page
com aster aterla .jpeg

du 7/07/23 au 7/01/24 au CCCOD, Tours

Commissariat de Julie Crenn

avec les artistes : mounir allaoui — alice aucuit — jack beng-thi — lolita bourdon — catherine boyer – stéphanie brossard — jimmy cadet – sonia charbonneau — thierry cheyrol — cristof dènmont – emma di orio — morgan fache – florans féliks waro èk lantouraz lo ron fanm kazkabar — brandon gercara – hasawa — esther hoareau – stéphanie hoareau – christian jalma dit pink floyd – jean-claude jolet – kako et stéphane kenkle — kid kreol & boogie — jean-marc lacaze — gabrielle manglou – masami — anie matois — sanjeeyann paléatchy – tatiana patchama — tiéri rivière — chloé robert – abel techer – prudence tetu — wilhiam zitte

6.ASTÈRATÈRLA-WEB©margotmontigny-0851.jpg
25.ASTÈRATÈRLA-WEB©margotmontigny-0670.jpg
41.ASTÈRATÈRLA-WEB©margotmontigny-0471.jpg

L’exposition Astèr Atèrla invite à une rencontre avec les œuvres d’artistes actifs et actives à La Réunion. Ici et maintenant, la trentaine d’artistes réuni·es fouillent des temporalités qui s’étirent du passé jusqu’au futur pour raconter une histoire commune, un vivant partagé. Des entrailles de l’île vers l’océan dans lequel elle s’inscrit, en passant par ses rues bétonnées, ses ravines et ses champs de canne à sucre, les artistes agissent au sein d’une géographie et d’une histoire nécessairement plurielles. 
À travers un ensemble de problématiques liées et entremêlées, ce sont les corps visibles et invisibles, humains et non humains qui sont placés au cœur d’une réflexion collective. Les corps nous mènent ainsi vers le territoire de l’histoire, de la mémoire, de la transmission, du rituel, de l’insularité, de la créolité, de la langue, de la mythologie et du vivant. Dans une perspective résolument politique, l’exposition devient le lieu de conversations avec l’île de La Réunion envisagée dans ses réalités complexes, denses et multiples.

bottom of page