top of page

Herbe folle, Brandon Gercara & Ugo Woatzi
Photo, vidéo, sculpture et performance, 2023

herbe folle_photographie

Exposition à Contretype, Bruxelles, 2023

DSC_8096_2.jpeg

DSC_8096_2.jpeg

DSC_8114.jpeg

DSC_8114.jpeg

DSC_8127.jpeg

DSC_8127.jpeg

DSC_8130_2.jpeg

DSC_8130_2.jpeg

DSC_8341.jpeg

DSC_8341.jpeg

Performance, 20 min, Contretype Bruxelles, 2023

Perf Herbe folle

Perf Herbe folle

Perf Herbe folle 2

Perf Herbe folle 2

DSC_8301.jpeg

DSC_8301.jpeg

DSC_8234.jpeg

DSC_8234.jpeg

DSC_8293.jpeg

DSC_8293.jpeg

DSC_8289.jpeg

DSC_8289.jpeg

DSC_8271.jpeg

DSC_8271.jpeg

DSC_8274.jpeg

DSC_8274.jpeg

DSC_8270.jpeg

DSC_8270.jpeg

DSC_8258.jpeg

DSC_8258.jpeg

DSC_8255.jpeg

DSC_8255.jpeg

Herbe folle, Brandon Gercara & Ugo Woatzi
Photo, vidéo, installation & performance

Le corpus d’œuvres « Herbe folle » s’appuie sur la figure de la mauvaise herbe afin d’interroger les multiples formes de hiérarchisations, qu’elles soient scientifiques ou sociales. L’herbe folle est alors une métaphore afin d’exprimer les effets des dominations qu’elles soient spécistes, coloniales, ou patriarcales. Elle permet de partager et de croiser des méthodes de résistances en réponse à des systèmes d’oppressions.

La photographie et la vidéo réalisées dans l’espace urbain bruxellois présentent un corps debout et immobile. Une longue robe ornée de bouquets d’herbes folles fait office de statue. Elle mime les sculptures rendant hommage à des événements ou à des héro·ïnes de la nation. Des bouquets de fleurs au pied de la sculpture éphémère nous invitent à imaginer qu’un groupe de personnes - touché par ce qu’elle représente -  les a déposés. Quoi qu’il en soit, dans cette oeuvre, la figure de l’herbe folle ouvre une multitude de pensées croisées faisant échos aux luttes des dominé·es.

Œuvres réalisées dans le cadre d'une résidence à Contretype, Bruxelles

bottom of page