top of page

BOUMBOUM, 2022

OUSS - Yannick & Brandon, 2022

FOUT BORDEL - Yannick & Brandon, 2022

La kour - Yannick & Brandon, 2022

An pliss, Yannick & Brandon, 2022

Lip sync - Love is wicked - Shei Tan & Brandon, 2020

Lip sync - New Generation - Balance sa pou moin, 2020

Lip Sync - KAF MALBAR - Rak partou, 2019

KWIRIZÉ LA MUSIQUE, série de clip vidéo,  depuis 2019

« Kwirizé la musique » questionne les dominations banalisées dans la scène musicale à La Réunion. Les chansons écrites en créole réunionnais abordent de nombreuses oppressions : homophobie, transphobie, follophobie, racisme. Ainsi l’outil populaire qu’est la musique permet d’investir les réseaux sociaux, mais aussi les soirées, les bars, les salles de concert … 


Le projet est pensé en duo entre Yannick Péria et Brandon Gercara : Venant du milieu de l’Art contemporain, leur pratique de la musique met en lumière de nouveaux modèles de représentations. Il s'agit de lutter de manière joyeuse

Kwirizé le dancehall, Eve-Marie Montfort

« Yannick et Brandon est un duo d’artistes réunionnais diplômés de l’École Supérieure d’Art de La
Réunion. Yannick Peria dont la pratique artistique principale est la peinture, figure des intérieurs de
maisons et des portraits représentatifs de la créolité réunionnaise dans une palette épurée. Brandon
Gercara quant à iel, développe une pratique plus éclectique incluant la performance, la photographie, la
vidéo, l’installation et l’écriture. Son travail se focalise sur une étude critique des multiples formes de
dominations sociales dans un contexte post-colonial. Militant.e queer et décolonial.e, iel fonde Requeer,
une association et une plateforme de lutte contre les violences et les discriminations raciales qui agit
pour la défense des droits des personnes LGTQIA+ de l’île. Iel est également à l’origine de la mise en
place des premières Marches des Visibilités LGBTQIA+ à La Réunion.
En 2021, Yannick Péria crée des bases musicales et reprend la chanson Comportement de la chanteuse
Aya Nakamura modifiant les paroles. Dès 2019, Brandon Gercara réalise des lip-sync avec le titre Rak
Partou de Kaf Malabar ou encore Balance sa pou moin du groupe New Generation en 2020.
C’est en 2022 que les deux artistes s’associent officiellement pour l’exécution d’une série de vidéos
militantes adoptant les codes musicaux et visuels de la musique dancehall réunionnaise très populaire
sur le territoire. Cette forme musicale qui tire ses origines de la Jamaïque est en vogue aussi bien dans
les îles Mascareignes que dans les Antilles.
Le dancehall, essentiellement associé à un monde d’homme, est un style de musique par lequel les
artistes affirment leur masculinité par des paroles et des images arborant un langage misogyne, sexiste
et homophobe souvent parsemé d’insultes à caractère sexuel crues avec une touche humoristique
faisant l’éloge de la virilité.
Yannick &Brandon adoptent le langage explicite et provocateur de ce genre musical dans une tout autre
posture. Les paroles sont une réponse aux situations de violences physiques et psychologiques dont
sont victimes les personnes queers et aux commentaires haineux postés sur les réseaux sociaux comme
dans la vidéo An pliss (2022). Avec La Kour (2022), iels célèbrent la beauté des personnes queers
racisées trop peu représentées, pointant du doigt les problèmes raciaux et la réalité d’une pensée
binaire qui véhicule une image puissante et dominante du masculin sur le féminin, encore trop présente
à La Réunion. Yannick & Brandon propose ainsi un changement de paradigme tout en maintenant
fidèlement les constituants visuels et sonores des clips musicaux du dancehall. Les lieux de tournage,
par exemple, sont les mêmes observés dans les clips vidéo locaux : bords de plages, place de marché,
lieux populaires, paysages typiques des hauteurs de l’île. Le choix des costumes et des apparats est
défini à l’avance (vêtements féminins et perruques assorties). Dans la vidéo, Ouss (2022), iels font appel
à l’artiste Sajeeyann Paléatchy pour la fabrication des costumes faits de fleurs typiques de La Réunion,
un clin d’œil aux techniques de tressage traditionnelles de la culture créole réunionnaise. La présence
d’éléments culturels crée une véritable identité à ces créations filmographiques. La passion débordante
des réunionnais pour l’automobile devient un sujet dans La Kour et Fout bordel (2022) où la voiture
symbole de liberté et de prestige social apparaît sans cesse.
En outre, Fout bordel (2022) se démarque du reste. Cette dernière vidéo se montre revendicative. Les
identités queers à La Réunion sont assumées. Les personnes de la communauté LGBTQIA+ s’exposent
dans des extraits vidéo de soirées Voguing initiées par l’association Requeer. Elle se compose
également d’images d’interview des deux artistes par la presse, témoins de l’ampleur des actions
menées par ce dispositif. Cette œuvre est une véritable affirmation de l’existence d’une multiplicité
d’identités de genre et donc d’être à La Réunion. »

Eve-Marie Montfort, février 2023

Chanter = Milliter,  Samuel Perche

« Il s’agit tout autant de territoire, de musique, de génération, de propositions visuelles, de blague et d’amitié que de performance plastique à portée politique. Il s’agit de créer la case manquante d’une histoire culturelle réunionnaise queer ; comme un affranchissement et la revendication d’une liberté. Une liberté qui franchement donne envie d’y croire. Depuis quelques années, Brandon et Yannick se sont non seulement inscrit·es dans le paysage culturels réunionnais mais iels en ont fabriqué un nouveau, qui reste en tête, comme des slogans, qui donne courage et permet de croire en un avenir meilleur.

Je pense que les années passées à l’école supérieure d’art leur ont certainement permis d’affirmer leur identité et de poser l’art et la création comme des espaces de libération. De la parole d’abord. De l’action ensuite. Mais de l’action maintenant. Comme si le ras le bol d’attendre que les mentalités changent était inscrit dans leur identité : iels sont jeunes, iels sont connecté·es, iels sont des artistes, alors il faut briser les codes et les tabous, il faut foutre le bordel pour abolir les systèmes de domination et se débarrasser de cette honte qu’on nous a fait trop longtemps subir. Toute la jeunesse kwir réunionnaise n’attendait que cette étincelle pour revendiquer, elle aussi, le droit au respect, à la tolérance et à la sécurité.

Jusqu’à présent une immense majorité de la population LGBTQIA+ vit soit cachée, soit en exil. Vivre son identité sexuelle et son identité de genre n’était juste pas envisageable à La Réunion il y a encore peu de temps. Les nombreuses questions identitaires qui animent l’île n’ont jamais intégré les LGBTQIA+. Les chansons de Yannick et Brandon réparent les traumatismes et retournent contre leurs détracteurices, tous les arguments qui deviennent obsolètes. Par une mise en pratique des outils queer, beaucoup plus pertinente qu’il n’y parait au premier abord, iels kwirizent La Réunion. Chanter devient une réappropriation de l’insulte en un outil politique de visibilisation des minorités et d’affirmation de l’acte créatif. »

Samuel Perche, février 2023

Musique Journal

Quotidien de la recommandation musicale

Ces deux artistes originaires de l’île sont à la fois plasticien·ne·s et musicien·ne·s et leurs différentes pratiques visent, entre autres, à affirmer leur identité queer (et non-binaire, dans le cas de Brandon) au sein d’une culture pas toujours tolérante avec les communautés LGBTQI, à appeler les gens à les laisser tranquilles, et à permettre dans le même mouvement aux jeunes queers réunionnais pas encore affirmés de trouver le courage de vivre leurs vies sans se cacher.

bottom of page